La multiplication de déserts vétérinaires dans certaines régions rurales de France compte actuellement parmi les plus grandes préoccupations de l’Etat. En fait, le souci n’est le nombre de professionnels qui exercent le métier. C’est plutôt leur répartition sur le territoire et par type d’activité. Il est vrai que la lutte contre la désertification vétérinaire initiée en 2017 a déjà porté ses fruits, mais elle n’a pas été suffisante. Il faut la renforcer par de nouvelles initiatives.

Un appel à manifestation d’intérêt

Un appel à manifestation d’intérêt a effectivement été lancé par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation avec l’ensemble des organisations professionnelles agricoles et vétérinaires et les collectivités afin d’aider certaines régions françaises, notamment les régions rurales, à lutter contre la désertification vétérinaire.

Ce nouveau dispositif s’adresse aux acteurs locaux et il promeut une méthodologie de diagnostic territorial tout en visant à identifier les outils qui permettent de venir à bout du manque de vétérinaires dans chaque territoire.

Il cherche aussi à faire bénéficier à six territoires volontaires un diagnostic de leur situation grâce à l’évaluation de l’équilibre entre l’offre et la demande vétérinaire. Au final, il s’agit donc d’établir un plan d’actions adapté aux besoins de chaque territoire qui a participé à la campagne.

Des candidatures à déposer jusqu’au 15 mars 2022

Il n’est pas encore trop tard pour candidater. Les intéressés peuvent répondre à cet appel à manifestation d’intérêt jusqu’au 15 mars 2022. Ils n’ont qu’à transmettre leur candidature au Conseil National de l’Ordre des vétérinaires. Puis, ils doivent répondre aux recommandations définies dans le formulaire disponible sur le site de ce dernier.

Parmi les territoires éligibles, il y a lieu de citer : les zones de faible densité d’élevage, les zones assez peuplées, les zones d’élevages peu peuplées et les zones de faible densité d’élevage et de population. Les résultats de la sélection seront communiqués entre le 22 et le 29 mars 2022.

Des moyens à renforcer

Il convient de rappeler qu’en 2021, une nouvelle voie port-bac a été mise en place dans le pays. Celle-ci a permis le recrutement direct de 160 étudiants et elle peut être considérée comme un véritable renforcement des moyens humains et une première étape dans la lutte contre la désertification de vétérinaire en France.

D’après les résultats d’une étude menée par le SNVEL et le laboratoire MSD Santé animale, les jeunes diplômés recherchent aussi de l’ambiance, un bon cadre de vie et un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Donc, les collectivités doivent baser leur politique d’attractivité sur ces derniers.