Pénurie de personnel hospitalier, difficiles conditions de travail pour les infirmières et aides-soignantes La pénurie du personnel hospitalier a été favorisée par la crise sanitaire. De nombreux soignants ont effectivement quitté leur poste et pas mal de professionnels paramédicaux ont envie de partir et de changer de métier. En fait, le personnel hospitalier est épuisé et désabusé. Beaucoup de praticiens et infirmiers confirment que les conditions de travail à l’hôpital sont de pire en pire.

« Nous faisons face à une crise majeure »

Selon les annonces du président de la Fédération Hospitalière Privée Auvergne-Rhône-Alpes, Bruno Masson : « Nous faisons face à une crise majeure ». Et la cause de cette crise n’est autre que le manque cruel de moyens humains, puisque 10% des postes sont vacants, hors pyramide des âges.

L’hôpital français compte actuellement 354 000 infirmiers et 287 000 aides-soignants, alors que les besoins sont estimés à 100 000 emplois par an en France. Il est vrai que la pénurie de personnel hospitalier existait déjà auparavant, mais la crise pandémique l’a accentué à cause des problématiques d’épuisement et de ras-le-bol des praticiens.

Il y a également l’appel au volontariat des soignants médicaux et paramédicaux vers les centres de dépistage Covid et les centres de vaccination qui a bloqué les possibilités de remplacement. Sans parler des formations infirmières et aides-soignants qui n’attirent plus les étudiants.

Les conditions de travail des soignants sont pénibles

Pour ce qu’il en est des conditions de travail à l’hôpital, les revalorisations salariales du Ségur de la Santé n’ont pas vraiment arrangé les choses. Les infirmières et les aides-soignants confirment qu’ils ne peuvent pas supporter encore longtemps ce qu’ils endurent.

Plannings mal organisés, semaines à six jours, alternance du travail de jour et de nuit, heures supplémentaires non-payées, dureté des métiers, … Tout pousse les praticiens à abandonner et à se reconvertir. De plus, ils craignent que ces conditions de travail ne vont pas s’améliorer, qu’au contraire, celles-ci vont empirer.

La pénurie de soignants met en péril la qualité des soins délivrés

Vu les départs importants des personnels hospitaliers, l’hôpital français est actuellement en difficulté. Il n’y a pas assez de praticiens pour s’occuper des patients. Ce qui met en péril la qualité des soins délivrés.

Déjà, pendant le Covid, de nombreux retards de soins et une dégradation de l’état de santé de la population ont été constatés. Et maintenant, cet impact sur la prise en charge des patients peut s’intensifier si des solutions ne seront pas avancées au plus vite.

Bruno Masson insiste sur : « La nécessité d’une refonte complète du système pour renforcer l’attractivité des métiers, améliorer la formation et faciliter l’efficience de la VAE ».