Depuis 1996, le 28 avril est un jour ou le mouvement syndical met en avant les accidents et maladies du travail, une journée devenue « journée mondiale pour  la sécurité et la santé au travail » en 2003.
Chaque année, l’accent est particulièrement mis sur la prévention des  accidents et des maladies professionnelles. Lorsque l’on sait que chaque année, 2,2 millions de travailleurs périssent à travers le monde dans le cadre de leur travail, ce n’est pas anodin.

Accidents et maladies aux travail

Dans certains corps de métiers, le risque d’accident du travail est  particulièrement présent, soit en raison de conditions de travail drastiques, soit parce que le personnel évolue dans un environnement dangereux. La qualité des vêtements et des protections est alors très importante. C’est aussi le cas pour les maladies. Si en premier lieu, on pense au cancer contracté suite à une
exposition à des substances dangereuses, l’environnement de travail peut entraîner également des affections respiratoires et même des infections musculo-squelettiques.
Dans les pays industrialisés, même si le nombre de décès lié aux conditions de travail a baissé, celui reste néanmoins très important. Que faire alors ? La meilleure solution est d’augmenter la protection pour les ouvriers et les
salariés qui exercent dans des conditions difficiles.

Des vêtements de sécurité pour limiter les risques

Pour minimiser les risques et protéger plus efficacement, il existe des vêtements spécifiques à certains métiers, qui protégeront l’employé ou l’ouvrier mais aussi son entourage. C’est le cas notamment dans l’industrie ou le bâtiment où il est indispensable d’être muni d’une chasuble de sécurité, de gants, d’un casque et de chaussures de sécurité de qualité, afin d’éviter à
tout prix, blessures et accidents mortels.
Dans d’autre secteurs, comme la santé, certaines tenues professionnelles sont également obligatoires pour des questions de sécurité mais aussi d’hygiène par rapport aux patients.
Ce n’est pas une seule journée ou il faut penser et se soucier de la protection au travail, mais toute l’année, car les risques d’accidents du travail ou de maladies professionnelles sont encore bien élevés. Une vigilance quotidienne est la meilleure protection pour le long terme.